Amplificatum Lubrificator !

Amplificatum Lubrificator !

Grâce aux conseils de notre expert le Docteur Jacques Waynberg, Directeur et fondateur de l’Institut de sexologie, à Paris, aujourd’hui je te parle de la lubrification, l’élémentaire modalité de ton plaisir, mon cher Watson.

La lubrification est la condition d’accès majeur pour une pénétration réussie (avec les doigts, la verge ou n’importe quoi d’autre) mais aussi pour tes moments solo, on oublie trop souvent le lub pour stimuler ses propres caresses. Après tout, les toboggans à eau glissent mieux que ceux en plastique sous le soleil du mercredi après-midi. Laissons les métaphores tobogganresques de côté et approfondissons le sujet veux-tu,

lub1.gif

PAVLOV, encore toi

“La sudation des muqueuses n’est pas déclenchée de façon automatique, mais obéit à un réflexe de type pavlovien (...)”

- Court petit passage scientifikkkkk -

Connaissez-vous le terme de réflexe pavlovien ? (si t’as fait un cursus en communication et que tu dis non, va relire tes cours) Ivan Pavlov était un médecin et physiologiste russe. Sa découverte la plus connue est celle de son expérience à propos du conditionnement qui donne lieu au réflexe, réalisée sur des chiens et leur salivation lorsqu’ils allaient manger. “Alors voilà super, on parle de sexualité et d’animaux, à deux doigts de démocratiser la zoophilie” mais non mais non, stay tuned, voici la suite.

Cette expérience a permis de développer la théorie des apprentissages du corps lorsque l’on associe des stimuli extérieurs et des récompenses ou des punitions. Bien que Pavlov s’intéresse donc à la notion de conditionnement, en associant le son d’une clochette au don de nourriture pour les chiens (le son les fera saliver - c’est le réflexe automatique - avant même qu’ils aient accès à la nourriture, ils sont alors uniquement stimulés par le son de la cloche). Pour la lubrification vaginale on retrouve le même type de fonctionnement comme réponse à toute stimulation érogène, mentale ou physique.

Redisons-le, la lubrification vaginale étant centrale à une pénétration agréable pour les partenaires, elle n’est pourtant pas automatique, il faut des stimuli extérieurs pour entraîner la sudation des muqueuses (un peu comme une sextape de Jason Momoa ou de Chanel Iman. Ou les deux). Une absence de mise en conditions préalable entraîne alors un manque de désirs et donc de lubrification naturelle. Et puis, au-delà du vagin, on est tous dotés d’une zone fort sympathique à l’arrière, bien plus commode à pratiquer une fois huilée.

Il te faut alors la clochette des chiens de Pavlov ! Connaître ton corps, tes fantasmes et tes désirs faciliteront forcément le choix des bonnes clochettes. Seul(e), à deux, à trois ou à onze, tu peux (vous pouvez) te stimuler de plusieurs façons différentes. Des caresses aux bisous dans le cou en passant par les orteils ou par les lobes, apprends à connaître tes zones érogènes pour savoir lesquelles stimuler avant de passer à la pénétration. Ton excitation peut aussi bien résulter du visionnage d’un film porno, que de la lecture d’un bouquin érotique, de conversations passionnées, ou en utilisant ton imagination, tout dépend du stimuli qui te convient le plus. Toutes les perceptions sensorielles qu’il te plaira, tant que ton cerveau réagit positivement et que ton désir s’accroît, alors l’humidification des parois du vagin se fait naturellement. Le pénis, les doigts ou le dildo-drone glisseront parfaitement à travers ton vestibule de l’amûr.

Petite interlude musicale avec Colette Renard

MAIS il y a toujours un MAIS

D’ailleurs il est pas arrangeant celui-là on s’en passerait bien. Parfois, ça ne marche pas comme prévu. Il arrive que le corps ne réponde pas comme on l’espère. On parle de dyspareunie lorsque l’on rencontre cette déshydratation génitale, elle est douloureuse pour la femme comme pour l’homme. Attention, je ne suis pas en train de dire que si tu ne mouilles pas, tu es atteinte de dyspareunie, c’est tout de même un cas précis, qui se constate avec l’aide des professionnels de santé. On va pas se la jouer doctissimo.

Plusieurs autres facteurs ponctuels peuvent affecter la lubrification, selon des facteurs organiques ou psychologiques : la fatigue, la non-confiance en soi et en l’autre, ne pas être à l’aise, la non-excitation préalable, certains médicaments, savons, déodorants, protections hygiénique ou gels douches intimes, la ménopause, la pilule, le stress… La liste peut être longue ! Ca arrive à tout le monde, pis c’est un peu comme la panne, c’est rien de grave, panique pas.

Tu as plus de 50 ans et bientôt la ménopause ? Plus d’inquiétuuuude, tu restes une femme (exceptionnelle, qui plus est), avec des envies et des besoins. Le corps se fatigue un peu comme tu peux t’en apercevoir, mais c’est pas pour autant qu’on va se laisser oublier par le plaisir. On ne peut pas empêcher le temps d’avancer, et honnêtement ce n’est pas très grave. Quelques rides à accepter et une sécheresse vaginale qui pointe le bout de son nez. Don’t worry, be happy, un peu de lubrifiant à appliquer, le tour est joué ! Une soirée avec toi-même ou bien accompagnée, le lubrifiant devient le meilleur partenaire de ta nuitée.

En plus, si tu veux débarquer quelques centimètres vers l’arrière : l’anus ne s’hydrate pas de lui même. Alors, il existe bien du monde qui apprécie les sensations un peu plus brutales, cependant il nous faut quand même une soluss’ pour cette zone. Étant une région très sensible au plaisir, elle l’est également à la douleur, alors il faut en prendre soin et éviter de l’irriter. On comprend votre hâte, mais ne vous y pressez pas sans mise en condition préalable ! On veut que ça glisse, bienvenue à Courchevelle.

ALORS QU’EST-CE QU’ON FAIT ?

lubran3.gif

Le lub’ cette manifestation divine

Tu t’apprêtes à prendre ton pied avec l’incarnation pure du sex-appeal, et là, c’est le drame. Tu stress, il est 3h du mat et t’as bu une coupe de trop. Mais non, tu ne peux pas laisser s’échapper cette créature divine, qui a d’ailleurs déjà commencé à glisser ses mains sous ton t-shirt. HEUREUSEMENT, ta super pote Agathe t’a offert du lubrifiant à la cerise du Japon en plus du dildo-drone pour ton anniversaire, LE TOUR EST JOUÉ.

La lubrification étant un atout supplémentaire pour décupler les sensations, qu’elle provienne du vagin ou d’éléments extérieurs, elle permet aux partenaires de profiter de chaque va-et-vient dans la plénitude la plus complète.

Entracte pour insister un peu plus sur l’importance de la lubrification lors de la masturbation.

On a tendance à penser que le pot d’la glisse dans le fond du tiroir, ne sert qu’en cas de sécheresse inattendue lors d’un rapport sexuel avec un partenaire, mais non ! Heureusement, lorsqu’on a pas le temps de dialoguer 2 jours sur Tinder pour un hook-up un peu raté, il nous reste nos mains (ou mieux) et PornHub. Il est essentiel pour le gland et la vulve, d’être parfaitement huilé.e pour atteindre un orgasme de qualité et surtout, ne pas s’irriter. Alors bon, la salive c’est bien, mais c’est un peu la hess quand même. Pourquoi mériterais-tu une lubrification parfaite uniquement lorsque t’es accompagné.e ? Des caresses bien huilées enrichissent la réceptivité sensorielle des zones érogènes, passe au lub en solo !

Quel lub est fait pour TOI ?

Quasiment tous ! La réelle condition pour un bon lubrifiant, c’est que sa viscosité doit se rapprocher de celle des mucosités naturelles (que son état soit similaire à celui de ta mouille quoi). Après, l’odeur, la couleur et la consistance ne répondront qu’à tes désirs personnels ! Par exemple, le Dr. Waynberg a contribué à la création de Lubran, un lubrifiant inodore, incolore et sans goût, qui ne colle pas et s’élimine progressivement, en plus il est totalement exempt de risque d’allergie et compatible avec le préservatif ! Ainsi, il est adapté à toutes les formes de sécheresse clinique ! C’est le seul lubrifiant qui est recommandé par les sexologues et sexothérapeuthes, il n’est vendu qu’en pharmacie, sauf que, comme on s’entend bien avec le Dr. Waynberg, on le vend juste .

lub3.gif

Mais du coup, mon lub rose à la cerise du japon sensations picotements des montagnes, c’est pas bien ?

Mais siiiiii, en plus que tu t’humidifies naturellement ou non, c’est agréable à utiliser ! De nombreux types de lubrifiants à usages récréatifs différents sont disponibles, proposants des sensations de froid, de chaud, de vibrations, jaune, bleu, vert ou rose, avec des paillettes, bio, 2 en 1, goût chocolat, fraise, noix de muscade ou vanille, tout dépend de ce que tu préfères. Evidemment, selon la qualité du produit, tu seras plus ou moins satisfait(e), et puis tu découvriras que finalement tu préfères la papaye au sirop de violette, c’est à toi de faire des tests ! En plus, on a 5 pages dédiés aux lubrifiants, juste ici.

VOILÀ, alors que tu sois un peu déshydratée du berlingot comme dirait Colette, que t’apprécies la sodomie ou que tout fonctionne comme tu le souhaites mais que tu veux goûter de nouvelles sensations : les lubrifiants sont faits pour toi, pour elle, pour lui ou pour mamie et papi ! Reste plus qu’à faire sonner tes clochettes préférées.

(en vrai y a pas de lub à la noix de muscade :( ça me touche mais je reste debout)

Sources :
Dr. Waynberg et http://sexologies.fr

Tous les avis

Laissez un mot doux